آخر الإضافات

استطلاع رأي

ما هو تقييمك لنسخة هذه السنة من المهرجان مقارنة بالنسخ السابقة

قيم هذا المقال

0

المزيد في تمازيغت

الرئيسية | تمازيغت | La légende de Jacques Berque

La légende de Jacques Berque

La légende de Jacques Berque

J’ai commencé à consulter l’œuvre de Cheihk Jacques Berque très tôt ; à l’âge de vingt six ans quand j’ai terminé mes études en sciences politiques (licence en juin 1980) .

J’ai acheté chez la librairie Chatr les structures sociales du Haut Atlas ; paru en second édition. je m’intéresse à la sociologie à cette époque (j’ai lu Paul Pascon ; mohamed Naji ; Tozy ; Khatibi ,Gelner ;etc)

Malheureusement mes fonctions de cadre administratif et financier ; auprès du ministère de l’éducation nationale  à Rabat : puis à l’université Cadi ayyad de Marrakech, ne m’ont pas permis de poursuivre mes études de 3 cycle que J’avais commencé à Casablanca. 

La décennie  1980- 1990 a été consacrée essentiellement au travail administratif.

Au début des années 1990.le ministère de l’éducation m’a chargé d’assurer le contrôle de la gestion comptable de la nouvelle cite universitaire d’Agadir ! Ce qui m’a obligé de faire la navette deux fois par mois ; et par conséquent de traverser le Haut Atlas en passant par Imin Tanout.

J’ai acheté  des livres de Jacques Berque à savoir L’intérieur du Maghreb ; le Maghreb entre deux guerres ; Al Youssi . ; Traduction du Coran ; Al Aguani : musique sur le fleuve ; les Moaallakat : poésie jahilite etc.

De passage à Imin tanout ;je ne rate pas l’occasion de rencontrer des vieux gens du pays pour les interroger sur les souvenir laissés par le Hakim Jacques Berque ; durant son séjour chez les Seksawa.

Maintenant je veux faire un tableau comparatif ; entre votre version de la legende jakbirk et la mienne :

1- il; enlevait sa casquette en signe de respect ; chaque fois qu’il passait à coté de Lalla Aziza.

Oui ; remarque juste. Il a même offert une belle horloge à la sainte (Tagourramtr) lors de la naissance de ces deux jumeaux.

2-il s’arrêtait souvent devant la mosquée ; et donnait un peut d’argent pour les Toulbas.

Oui on m’a dit qu’il récitait même  certain passages du Coran avec les Toulbas. En Amazigh pour reprend leurs mots : (Da  yasn It3awan Ligh Da krran Loukran.)

Il parait que La fameuse traduction du Coran avait déjà préoccupé Le professeur avant les années 1990, 

3-il avait donné six mètre de tissu pour chaque danseur.

Oui on m’a dit qu’il encourage la culture 

locale, les Ahwachs ;Mousems etc.

4- les Ait mhand vous disent que jakbirk était juste.

Bien sur ; moi aussi on m’a dit en Amazigh : Imin Tanout Ag  Ila Lah’kam : c'est-à-dire qu’à Imin tanout était seul Lieu  ou on pratiquait la justice.

5- Jacques Berque aime s’assoir sous un grand noyer au trou jumeaux ; la il écoute les anciens( Imgharens en Amazigh).

Oui ; lui-même dans les Structures sociales en 1955 ; il avait dit ça : le meilleur de  provende je le recueillais presque au hasard à la faveur des tournées dans la montagne.

C’était quelques remarques exprimées dans  un langage simple ; même si l’étude de l’œuvres de jacques Berque reste à faire  sans ignorer certains essais comme celui de Mohammed Bougali ; Claude Lefebure ;jocelyne Dakhlia et autres.

En conclusion ; je peux dire que le vrai tombeau de Jacques Berque se trouve peut être ici chez les Seksawa. C’est pour cela que les associations locales et certains Penseurs qui viennent de l’étranger pour assister aux Mousems ; célébrant la mémoire  vivace de Jacques Berque. 

 

Brahim Abdelwahed ; chercheur.

 

 

 

 

 

 

Marrakech le11-09-2014

Remarque : Ce papier a été transmis à Mr Augustin Berque suite à la publication de son article la légende de Jak birk ; Revue Awal.

الإشتراك في تعليقات نظام RSS التعليقات (0 منشور)

المجموع: | عرض:

أضف تعليقك

من شروط النشر: عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الإلهية، والابتعاد عن التحريض العنصري والشتائم.لماذا لم ينشر تعليقي ؟