آخر الإضافات

استطلاع رأي

ما هو تقييمك لنسخة هذه السنة من المهرجان مقارنة بالنسخ السابقة

قيم هذا المقال

0

المزيد في موسم الورد 2012

الرئيسية | موسم الورد 2012 | La déesse du désert « Rose » KELAA M’GOUNA et le Nom de la Rose

La déesse du désert « Rose » KELAA M’GOUNA et le Nom de la Rose

La déesse du désert « Rose »    KELAA  M’GOUNA et le Nom de la Rose

 

 

            On pourrait mieux présenter, plutôt ressentir la valeur de la Rose dans la conception de la population de K elaa M’gouna en recourant à une citation philosophique mettant l’accent sur l’importance de la divinité dans la vie et dans la conception humaine, Un  philosophe dit « Si Dieu n’avait pas existé, l’Homme l’aurait créé ; c’est ainsi qu’on peut reproduire la même expression que celle du philosophe pour bien comprendre le charisme de la fleur au niveau de la représentation des humains chez les IMGOUNES et LES AIT DADES des années 70 ET 80  :on dira « Si la Rose n’avait pas existé, la population de  kelaa M’gouna l’aurait  créée »!

En effet, on serait tenté de dire que la Rose a failli représenter la divinité pour la population pauvre de l’époque.

            Ayant ce rôle décisif de déterminer avec précision  la hiérarchie des classes sociales, suivant la quantité des roses cueillies chaque jour pendant la saison, La Rose est une créatrice qui motive ses populations à donner naissance à d’autres dimensions qui s’avèrent plus loin de la fleur en soi. La Rose était un porte-bonheur sous les yeux misérables de la région,  elle était l’unique source de l’unique revenu sur lequel on pouvait compter pour faire face aux dettes, à l’exigence simple de la vie et à tout imprévu…En effet, la Rose acquiert ce rôle à dimension symbolique de ce fait qu’elle libère la population de ses fardeaux économiques au moins au niveau psychologique. , elle est non seulement une fleur, mais aussi une sauveuse d’une pauvreté qui ne s’arrête guère de se reproduire. Il est vrai qu’il n’est pas dans l’économie de notre Déesse de « supporter » toutes ces aspirations chaleureuses de ces êtres aussi oubliés devant l’aventure de la vie, mais c’est bien le sort de tout dieu, son devoir, Bref , c’est sa raison d’être , il doit subir sans cesse, tous les traumatismes des ses fideles!!!

 

 

Géographie

 

Nichée  parmi deux vallées dont le nom de la Rose a un sens fabuleux, KELAA M’GOUNA  est située au sud-est marocain à 100km de Ouarzazate ; elle tire une importance à part entière d’un point de vue touristique, artistique et environnemental .  la rivière M’GOUNE , affluent principal du fleuve DRAA assure à la région cette «  substance » indispensable à la vie: l’eau.  Ne connaissant pas de pollution grave, ses inondations régulières garantissent à la vallée un lavage sûr.

Les douars qui forment la région sont de relief montagneux ; mais le centre de la « forteresse » est relativement vaste et creux (voir carte)

HISTOIRE

1.     Kelaat M’GOUNA tire son nom du mot arabe « kalaa »qui  veut dire « Forteresse », la ville était une brigade militaire lors de la colonisation française,  son importance capitale de l’époque est tirée de ce qu’elle est à la fois stratégique et discrète  elle était le passage inévitable vers d’autres régions qui se sont  montrées rebelles vis à vis de la colonisation française au Maroc, un coin discret servant d’endroit propice pour éloigner ou massacrer tout opposant.

Spécificités culturelles et spatiales

Festival de la rose

            Chaque année, au mois de mai La ville organise un festival à l’occasion de la saison de la Rose, durant la période, le patrimoine culturel de la région s’embellit tout comme les vallées de l’entourage qu’Avril a toujours la belle habitude de rajeunir et de colorer en rose.

            Le festival est également une chance, pour les villageois relativement pauvres et frustrés, d’oublier les fardeaux de chaque jours, de tirer quelques sous de la fête et pourquoi pas de libérer les désirs refoulés de chacun à travers des chants populaires, des jeux, de l’artisanat, des couleurs, des traditions un peu profanes, du maquillage…

Points touristiques :

 OUASIS  M’GOUNE :

           Une vallée qui s’étend entre  les ait issi  et les tribus ouzighimte tout près du grand Atlas, comme l’indique les photos jointes, Ses bâtiments sous formes de casbahs faits en argiles commencent  à disparaitre de plus en plus, Les gorges des imgounes semblent être les gorges les plus longs, les plus beaux et les plus fabuleux au Maroc mais aussi les plus ignorés et les plus inaccessibles  si comparés à d’autres, ceux de Toudgha par exemple.

OUASIS DE DADES

C’est une vallée généralement semblable à celle des Imgounes , mais elle n’a rien de spécial en ce qui est de l’expression folklorique.

Maison d’Artisanat

Une maison faite spécialement, pour encourager les contributions artisanales des habitants , une activité artistique et commerciale de la région  jouant un rôle capital dans la gestion des revenus de la population. La fabrication de poignards est destinée aux marchés locaux et à ceux d’ailleurs.

 

Maisons de vente et de Distillerie:

            C’est là que la Rose sacrifie sa valeur symbolique pour sa valeur commerciale, Le revenu que réserve la déesse « Rose » à ses fideles, s’émane dans les maisons de distillerie qui produisissent une eau extraite de la fleur ; Plusieurs usines sont destinées à cet objectif et cette fleur qui nait dans le désert à bien influencé la région, elle nourrissait les affamés;  donnait naissance et révélation à l’expression folklorique.

 

 

L’expression folklorique:

Le festival réunit presque toutes les expressions folkloriques les plus importantes au sud marocain, il met en relief la sociologie du sud marocain, dans ses aspects les plus compliqués,  en voici des variétés :

LES AIT Zagora

            Un chant humain à la fois long, vociférant et profond, présentant une danseuse protégée symboliquement par deux hommes armés d’épées gigantesques, la légende nous raconte que l’origine de ce « rituel » est due à deux hommes rivaux qui  ont disputé les faveurs d’une femme et se sont tués… ce genre pourrait nous expliquer dans une certaine manière, la lecture que réserve la conception zagouri vis à vis de la femme et de la danse comme art en soi.

            Un autre aspect du même genre, aussi important , est formé de plusieurs hommes et de deux ou trois femmes dansantes, le groupe chante en un arabe un peu adapté à la région de ZAGORA, un chef, qui ne cesse pas de pousser des cris cadencés est joui d’un charisme spécial, ses cris souriants donnent sur la bonté naïve de l’Homme Zagori.

LES AIT OUARZAZATE

            ce genre casse toute barrière d’âge, il  transmet ce beau message disant que l’art est éternellement jeune…de très vielles femmes se présentent comme danseuses parmi des jeunes tout en cassant la tradition masculine voulant que la danseuse est une jeune femme belle, d’un corps sexuellement attirant, les vielles danseuses sont là comme pour nous dire que la «danse »  n’est pas forcement sexuelle, mais aussi une dimension humaine lisant la souffrance de l’Homme, elle nous montre également combien le culturel l’emporte sur le sacré! La structure dont le chant des ait Ouarzazate se fait est un peu absurde, un demi-cercle de femmes dansantes entourant un groupe d’hommes qui chantent assis, en « battant »  leurs tambours à dire que ces femmes les protègent.

LES IMGOUNES :

Sous forme de deux rangs parallèles et rapprochés un pour les femmes et l’autre pour les hommes, ces derniers prennent l’initiative et proposent une chanson aux femmes qui répliquent et qui se mettent à danser ; on pourrait en conclure que les femmes sont, contrairement à celles de Zagora, relativement soumises,  dans les Imgounes des douars lointains, la tradition veut que les hommes mangent les premiers puis les femmes après dans le même plat cette soumission peut s’incarner sous forme d’un chant !

 

LES GNAWNES

            Un groupe d’hommes noirs, l’unique qui nous lancent ce beau message qui nous dit que nous sommes en train d’écouter de la musique Africaine et sur un sol africain, les GNAWAS chantent suivant un rythme cadencé ; leurs instruments de music sont très simples comme ceux des autres groupes, ils sont formés de tambours et de métaux  très aplatis (TISMNKARE) produisant un fait sonore. Le groupe jouit d’une Histoire très riche dans les deux vallées M’GOUNE et DADES, ils étaient des chanteurs ambulants en quelque sorte méprisés tout simplement parce qu’ils sont noirs, mais leur musique s’imposait :  cette musique « inventait » de la « transe »  ce qu’on pourrait appeler « hypnose » surtout dans les années 70.  La relaxation retrouvée lors de la transe qui se reproduit en écoutant leur musique avec concentration défie toutes explications

LES AIT BOUGMMAZE : IMDIAZENE

            Voici le genre le plus regretté dans sa voie de disparition,  il nous présente, en quelque sorte, la belle image de la culture berbère, la région voire toute la culture berbère, doit tant de dettes à ce genre appelé IMDIAZNE ce genre est formé généralement en deux à quatre hommes appelés IRDDADNE » « des  répliqueurs » et un autre dit localement « LAARIF »  c'est-à-dire poète, ce dernier chante le premier et les autres lui répliquent en rechantant le poème parmi la mélodie de la cornemuse nostalgique qui produit un son aussi lugubre que celui qu’on trouve en Scotland.

            Historiquement, dans les années 70  LES IMDIAZENS ont l’habitude de se déplacer d’un douar à un autre tout comme les troubadours de la Grèce, ils étaient souvent accueillis par les chefs des tribus. La population leur réservait énormément de respect de ce qu’ils représentaient l’unique mode de s’exprimer, voire l’unique forme de connaissance et de sagesse ; quant aux sujet de leurs chansons, ils sont variés : des sujets religieux qui traitent souvent de l’au-delà et du sort de l’homme après la mort, de la satire, des sagesses, mais il faut souligner que les IMDIAZENS ne traitent pas des chansons d’amour selon une certaine connaissance. 

 

            La voici qui s’achève, cette belle histoire de la Rose, elle a su provoquer et regrouper les « brebis éparses » de la Vallée M’GOUNE DADES dans l’objectif de donner un sens à la vie. Quant à elle, elle a pu retrouver sa divinité perdue …qui se cache parfois mais qui ne meurt jamais !

                                                                  SAID GOURRAME

 

 

 

 

 

الإشتراك في تعليقات نظام RSS التعليقات (9 منشور)

le loitin 07 أيار 2012 - 09:55
je sais comment, tu veux parler de la rose, des m'goun puis tu parle de philosophie sans aucun scientificité j'arrive pas a comprendre ça!!!! puis tu termine avec un marketing de la region !!!! ** net est ** fautif.
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
de proche 07 أيار 2012 - 18:03
lire ce n'est déchiffrer les lettres lire c'est un acte complexe il commence au delà des lettres il se termine par de la critique constructurante , alors si tu ne comprends pas des lettres comment peux tu comprendre la science et ses concepts complexes
tu dois relire ** texte une millieme fois pour comprendre et quand tu ** sauras sois sur et certain que tu vas produire un commentaire plus respectable
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
ابراهيم الكتبي 08 أيار 2012 - 18:08
أشكر الكاتب على عمق تصويره لعلاقة الإنسان بالورد و الأرض في منطقة دادس و امكون في أواخر القرن الماضي.. بالفعل نتذكر أيام الربيع في الثمانينات عندما كان الناس يحشدون ما يطيقونه من الجهد لملء أكياس الورد و حملها إلى المعمل .. و كم تكون الصدمة مخيبة لآمال الفقراء عندما تسد أبواب المعمل على وجوه ينحدر منها العرق لؤلؤا متناثرا ... بدعوى أن حصة المعمل اليومية من الورد اكتملت و ما على الوافدين بأكياس الورد الجميل إلا أن يعودوا به إلى البيت و ينثروه في ركن ... و من يعانقه الحظ بائعا لورده كان أول ما يتلهف لشرائه هو الخبز... هكذا كان المهرجان تسري أهازيجه في الحقول كل صباح . و تلك ذكريات مضت و بريقها يلمع في الخيال .. أما اليوم يكاد الورد يزهد عن الحقول و يعتزل المهرجان لائذا بأبيات الشعر و مطوقا في هدايا العاشقين.
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
le loitin 14 أيار 2012 - 04:44
l'écriture c'est une manière de penser, même la manière de dire les choses. la rose, la philosophie sans réference, ** masque d'un intelectuel ....etc je crois que ne site pas bien, pour cela tu as essayer de dire qlq chose trés banal d'une manière plus maquiller. désolé c'est la faiblesse de la penser.mais c'est bien je vous encourager de profiter l'ocasion de net pour t'exprime tes idées plus banal même si tu prétend la scientificité et la grandeur d'esprit.
catasrtrophique.
مقبول
-1
مرفوض تقرير كغير لائق
said gourrame 14 أيار 2012 - 15:58
monsieur ** loitin

Je suis said gourrame, je te dis avec énormément de chagrin et de pitié
"Merci de m'avoir lu", ce n'est pas obligatoire d'applaudir ma plume, je ne suis aucunement despote… mais il faut me critiquer de façon froide, sans émotion et sans rancune… d'ailleurs ** sujet de l'article n'a rien de politique, mais ta haine d'imbécile t'a bien trahi!
Et tout en disant que je ne prétends pas défendre ** français, et que j'écris dans cette langue comme dans l'arabe avec ma plume d'étranger!!! Je te demande de bien vouloir procéder à soigner ton français, atrocement faible, avant d'oser venir me critiquer.
En attendant recevoir ,de votre part, plus d'injures et de rancunes, je vous redis, monsieur ** loitin "Merci de me lire malgré tout"
مقبول
2
مرفوض تقرير كغير لائق
hasan 09 تموز 2012 - 11:45
merci dr said pour voutr information tu avi une longe tre for et je tu ridire merci
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
ti ma 09 يناير 2013 - 08:01
Merci monsieur said pour ces précieuses informations et je dis à Monsieur le loitin faut pas critiquer just pour critiquer
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
ti ma 09 يناير 2013 - 08:03
A monsieur said .Merci pours ces précieuses informations et je dis à Monsieur le loitin ?faut pas critiquer just pour critiquer
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
houda 04 شباط 2015 - 18:20
vous dire des opposants au régime de Hassan II :D
مقبول
0
مرفوض تقرير كغير لائق
المجموع: 9 | عرض: 1 - 9

أضف تعليقك

من شروط النشر: عدم الإساءة للكاتب أو للأشخاص أو للمقدسات أو مهاجمة الأديان أو الذات الإلهية، والابتعاد عن التحريض العنصري والشتائم.لماذا لم ينشر تعليقي ؟

اشهار